Le doudou – Quand quelque chose cloche

par Karolann & Krysta

Mon petit bébé n’a jamais accepté de prendre ni la suce, ni le biberon… et ouf! croyez-moi, j’ai essayé toutes les différentes formes et les différentes marques.

Quand mon bébé a eu 10 mois, il a (enfin!) trouvé un objet qui lui faisait du bien : son doudou de dinosaures. Son doudou était doux et petit… il le prenait lorsqu’il pleurait. Il le traînait avec lui dans la maison. Je voyais à quel point ça pouvait être sécurisant pour lui. 

C’était sécurisant pour lui et pour moi de savoir qu’aux moments de séparation du jour comme de la nuit, mon petit allait pouvoir maintenir notre connexion avec ce doudou. Je pouvais laisser un peu de mon odeur sur l’objet et, de cette façon, il avait un peu de moi avec lui pour faciliter les moments de transition plus difficiles. 

Il a deux ans et demi maintenant et sa relation avec son doudou a changé.

Avant, il le prenait en pleurant, mais en ce moment, il semble le prendre pour ne pas pleurer. Mon petit chigne plus, mais il pleure moins.

Ajouté à ça, je vois aussi comment notre relation a changé. Avant je ressentais que j’étais sa boussole, j’étais son phare : il se faisait un bobo et, tel un aimant, il courait vers moi être réconforté. Il se déposait à l’intérieur de notre relation où c’était plus facile pour moi de prendre en charge ses besoins et même de le leader vers où je voulais l’amener. Aujourd’hui, j’observe beaucoup plus de résistance : brosser les dents et s’habiller le matin semble être devenu une bataille entre lui et moi. L’opposition au moment du dodo ainsi que lors des repas est constante et importante. 

Mon petit tète le coin de son doudou. Et il le tète avec une énergie assez intense… Il le fait toutes les fois qu’il semble être remué. Par exemple, je remarque qu’il va chercher son doudou et le tète chaque fois que je mets une limite. «Non, mon amour, tu ne peux pas avoir de bonbons avant le souper» et il rage et court chercher son doudou. «Non, mon amour, nous ne lirons pas de 3e livre» et il éclate et court vers son doudou. 

Mes parents surnomment mon petit «le petit indépendant» en riant! Mais mes instincts me disent qu’il y a quelque chose qui cloche… Je sens mon petit fuir la place dépendante dans notre relation, fuir ses pleurs, fuir la vulnérabilité. Et j’observe toute la poursuite intensifiée envers son doudou de dinosaures qui, je crains, prendra ma place avec le temps.

Depuis quelques semaines, je vois bien qu’il pleure moins, mais j’ai l’impression que ce n’est pas ce qu’il lui faut. J’entends que les pleurs ont vraiment un rôle essentiel dans son développement et sa maturation. Je me sens à l’envers et je ressens que je dois maintenant apporter des changements. 

Je dois reprendre ma place auprès de mon enfant, je dois être son safe place où il pourra exprimer ses émotions et se déposer. À une prochaine occasion, je ne vais pas rendre accessible son doudou… Je vais lui dire «Non, mon amour, tu ne prends pas ton doudou, je suis là pour toi…» avec douceur et amour. Je sais qu’il sera beaucoup frustré et en même temps, je serai là pour accueillir ses pleurs vis-à-vis cette toute nouvelle limite. 

Enfin, je réalise que le problème n’est pas le doudou, mais bien sa relation entre lui et son doudou et sa relation entre lui et moi, sa maman. Je sais que ça prendra du temps pour qu’il s’adapte, mais c’est ainsi, entre autres, que je retrouverai mon rôle auprès de lui. Je miserai sur de vrais beaux moments de connexion et je sais que l’impact sera bien au-delà du doudou.

Pour toi cher parent qui observe quelque chose qui cloche avec un objet qui était auparavant un objet de sécurité, nous te voyons. 

Ton instinct est là pour te guider. Il détecte un changement dans l’effet que l’objet a dans la vie de ton petit… Avant, cet objet l’aidait, mais maintenant, il interfère avec ce dont ton petit a besoin pour accéder à une bonne santé émotionnelle.

Karolann Robinson, D.Psy.

Krysta Letto, M.Sc.

Tu aimerais peut-être aussi…

Quand le matin rush!

Quand le matin rush!

Ce matin, j’étais un peu pressée par le temps. J’avais une rencontre fixée plus tôt qu’à l’habitude changeant ainsi...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.